Eh oui… La nature est ainsi faite qu’elle sait se montrer d’une cruelle providence en s’acharnant sans l’ombre d’une trace de discernement sur de pauvres petits êtres sans défenses et dénués de la moindre parcelle de méchanceté, qui ne demandaient qu’à vivre une vie normale de paisible escargot rose fraise dans un univers calfeutré, ceints maternellement d’une atmosphère veloutée où perce néanmoins des relents nauséabonds car, comme chacun sait, même le plus nanti des nantis n’est pas épargné toute sa vie durant par les durs mais justes écueils du sort qui veille à chaque instant à répartir ses cartes sentencieuses parmi les mortels exposés à sa loi mystérieuse et impénétrable dictée on ne sait part qui, on ne sait comment et d’ailleurs on s’en fout !

Quoi qu’il en soit, cette particularité ne manqua pas d’occasionner des problèmes avec son entourage et même avec les autres. A l’âge de 12 ans, il déménagea et s’installa dans un petit bled isolé du nom de Krospromph à côté du canton de Moureux où il allait se promener quand il avait un peu de temps. Lors d’une de ces champêtres promenades, il découvrit que son père vivait en ces lieux en suivant un parcours fléché indiquant: « TON PÈRE!!! ». Il se décida après moult hésitations à entrer en contact avec celui qui était resté pour lui une sorte d’idole totémique.

Quand son père le vit, il se mit instantanément en grève sauvage, ce qui eut pour conséquence de rendre le canton de Moureux encore plus dégueulasse qu’il n’était jusque là. Voyant cela d’un mauvais oeil, les égoutiers décidèrent de se mettre en grève instantanée également (d’autant plus que, depuis qu’un certain roi des égouts avait rendu l’âme, tué par une non moins certaine Mauricette Bond, de son état agente secrète connue… mais je m’égare. Enfin bref un certain laisser-aller s’était doucettement instauré dans les égouts).

Chassé par son père, le petit Bitanboul se mit à déambuler dans les rues sans âme et, comme il n’avait pas de chance, il tomba dans un égout de Moureux dont la plaque avait été volontairement oubliée par un égoutier en grève. Ceci eut pour conséquence que le petit Bitanboul tomba « à Moureux » dans l’égout. Et en effet, il s’enticha d’une vipère d’eau qui vivait dans l’égout.

Chialeureusement, la vipère était viperosexuelle et elle n’éprouvait aucun penchant pour les gastéropodes rauses.

C’en était trop pour Bitanboul qui se mit franchement en boule à en devenir maboule. Il appela Dieu et Dieu vint. Bitanboul lui exposa son problème : « Oin, oin!! Moi d’abord j’en ai marre parce que je suis rause au lieu d’être rose et pis en plus personne ne m’aime, oin, oin, c’est vraiment trop injuste, oin, oin, na ! » Alors, Dieu comprit que le problème de Bitamboul était classique. C’était simplement ce « a-u » de rause qui le gênait et, une fois l’ordre rétabli, sa vie s’écoulerait de délices en cascades de plaisir.

Dieu, dont le fils avait beaucoup fréquenté les militaires, eut une fois de plus une idée géniale. Il aboya l’ordre « garde à vous! » à la façon militaire, ce qui donnait précisément: « a-u!!! ». Une fois ceci fait, le « a-u » de rause se croyant appelé vint à Dieu qui l’écrasa du talon de sa ranger droite. Une fois ceci fait, Dieu lut à Bitanboul le livre « Histoire d’O ». Une fois ceci fait, le « O » de l’histoire, se sentant concerné, vint à Dieu qui le déposa dans le r-se, ce qui donnait rose.

Et voila! Bitanboul était maintenant un simple escargot rose comme tous les autres et il était heureux. Il alla donc retrouver la vipère de gouttière et eut cette fois plus de chance avec elle.

Le soir même, il s’aperçut qu’il avait un autre problème. En effet, il réalisa que s’il avait, à la naissance, été gratifié d’un prénom aussi ridicule, cela n’était pas sans rapport avec certaine anomalie de sa constitution mais ceci est une autre histoire.

P.S.: Il va sans dire que la vipère le jeta dans la nuit même et Bitanboul fut malheureux toute sa vie.