Enfin, je râle, je râle, mais dans le fond ça me dérange pas plus que ça. Faut pas croire que ça me fait plaisir de faire poireauter la plèbe. Ça ne me fait pas particulièrement jubiler d’opprimer la piétaille. Je ne le fais ni par haîne ni par mépris, c’est pas le genre de la maison. Non, c’est juste que j’ai pas le temps. J’aurais le temps, je le ferais, la bonne blague, mais là j’ai pas le temps. Sincèrement, j’ai pas le temps et pis c’est tout. Bon c’est sûr que j’ai pas l’envie non plus, mais si j’avais le temps, même sans l’envie, je le ferais, par sens du devoir. Oui m’sieur dame, ça existe encore et c’est ici même, cherchez pas, vous trouverez pas ailleurs. La conscience du public, ça s’appelle ! Bon attention, me faites pas dire ce que j’ai pas dit, c’est pas non plus que j’aime les gens ou un truc comme ça, hein, faut pas déconner avec ça ! Je vous recommande la plus grande prudence avant de balancer des assertions de ce genre, c’est pas des concepts qu’on manipule avec légèreté ça, l’altruisme, l’humanisme, toutes ces conneries, là. Non, mais je suis de la vieille école tout simplement. J’ai le sens du service profondément ancré dans l’âme et l’obligeance rivée au corps.

Par contre, je suis absolument insensible à la pression. Les desiderata, les réclamations, les plaintes, les geignements, les lamentations, les soupirs et les gémissements, c’est pas ici ! (encore que pour les deux derniers je veux bien faire une exception). Alors vous pensez bien (c’est une façon de parler, hein, n’allez pas imaginer que je fais référence à vos capacités - haha !, rien que le mot m’amuse - intellectuelles), Vous pensez bien disais-je que quand on insinue, avec une perfidie qui frôle la sournoiserie, que je me laisse vivre, qu’il y a bien longtemps que je n’ai rien écrit, foncièrement, je m’en bat l’oeil, accessoirement je m’en tamponne le coquilllard et fondamentalement peu me chaut.

Tiens, là maintenant, si je voulais, tout de suite, je pourrais très bien finir sur une pirouette et considérer que cette note est complète. Un truc du genre, euh, au hasard : « Parvenu vaillamment à ce point d’abstraction du sens et d’abnégation de la portée significative, il m’apparaît évident de ne pas gâcher un tel chef-d’oeuvre en commettant la grossière erreur qui consisterait à aborder, enfin, le vif du sujet dont, par conséquent, on ne saura jamais de quoi il eût pu être constitué ». Et toc ! Emballez, c’est pesé ! N’en parlons plus. Et avec ça madame, qu’est-ce que je vous met ?