A la limite, c’est une question secondaire, la vraie question c’est : « qui dit quelle connerie et pourquoi ? ». Parce qu’à l’évidence, les vieux et les jeunes ne disent pas les mêmes conneries, ils ne les disent pas de la même façon et ils n’ont pas les mêmes excuses pour le faire. Les excuses des vieux, ben, c’est qu’ils sont vieux, aigris, cyniques, découragés et puis aussi qu’ils n’ont plus toute leur tête. Les excuses des jeunes, c’est qu’ils sont jeunes, cons, inexpérimentés, naïfs, ingrats, boutonneux et qu’ils n’ont pas encore toute leur tête. Mon excuse à moi, c’est que j’ai un blog à tenir et qu’il faut bien l’alimenter. L’excuse de ma grand-mère, en particulier, c’est qu’elle est morte, et les morts, on leur fait dire beaucoup de conneries. Les excuses des hommes c’est qu’ils sont des hommes, qu’ils sont faibles, qu’ils ont un sexe et qu’ils ont peur de l’inconnu. Les excuses des femmes, c’est qu’elles sont belles, douces, adorables et qu’elles nous mettent au monde. En un sens, si l’on s’en réfère à cette dernière assertion, on peut même considérer, avec justesse, que toute la connerie du monde leur est imputable.

Ah, tiens ! Je me souviens de ce que ma grand-mère disait. Ma grand-mère disait toujours que sa grand-mère ne racontait que des conneries. Comme quoi elle ne disait pas que des conneries…