monochrome.jpg Récemment, sur le blog de mon ami Staner, Arthémisia et moi nous livrions à une discussion autour de l’art moderne, et plus particulièrement la peinture, domaine dans lequel j’avoue mon ignorance crasse. Nous y échangions superficiellement nos conceptions respectives entre diverses considérations sur le café, les bisounours et les Marshmallows. Aujourd’hui, je suis tombé sur une dépêche consacrée au scandale survenu autour d’une toile du peintre américain, Cy Twombly, dont j’ignorais jusqu’à l’existence.

On y apprend, notamment, qu’une jeune femme, française, est actuellement poursuivie en justice pour avoir déposé l’empreinte de son rouge à lèvre sur une toile entièrement blanche après l’avoir embrassée. Cette toile, immaculée de trois mètres sur deux, ne portant pas de titre est (était ?) évaluée à deux millions d’euros. Le personnel de la collection Lambert, à qui appartient cette toile, s’est dit sous le choc mais ne l’était manifestement pas assez pour oublier d’appeler la police qui est donc venu appréhender la vandale.