oui... par exemple... vous voyez, là, c'est une falaise, c'est par là que je me casse... voilà, voilà...On me souffle dans l’oreillette qu’on est déjà presque à la fin du mois et qu’il serait temps de poster quelque chose avant que ce blog ne commence à se décomposer. On ajoute perfidement que je suis bien gentil mais que déjà le mois dernier, c’est pas le courage qui m’a étouffé et que ma question existentielle n’a trompé personne.